L’air, un enjeu environnemental majeur

Publié le 10.03.2021
Pollution, émissions de CO2, particules fines, couche d’ozone, éoliennes : l’air est aujourd’hui au centre de tous les enjeux environnementaux.
Pollution à Port Jérôme (Seine Maritime)

On a tous en mémoire les photographies des plus grandes capitales prisonnières sous un couvercle de pollution atmosphérique. Depuis l’électrochoc qu’a constitué la diffusion planétaire de ces images, le monde entier surveille la qualité de l’air comme on le ferait du pouls d’un grand malade. 

Les automobilistes ne sont-ils pas tenus d’afficher le certificat Crit’Air sur le pare-brise de leur véhicule, ce document sécurisé qui permet de classer les véhicules selon leurs émissions polluantes ? N’existe-t-il pas, de même, un site internet, Airparif, recensant quotidiennement les données relatives à la qualité de l’air à Paris et en Ile-de-France ? Ozone, dioxyde d’azote, particules fines… 

 

Une urgence planétaire 

 

   •  Politique, avec l’Accord de Paris sur le climat voté en 2016 qui définit un cadre mondial visant à éviter un changement climatique dangereux en limitant le réchauffement de la planète à un niveau inférieur à 2 °C et en poursuivant les efforts pour le limiter à 1,5 °C.  
   •  Citoyenne, avec sa figure de proue, la jeune suédoise Greta Thunberg, qui interpelle les décideurs du monde entier pour faire avancer la cause du climat, ou la Convention citoyenne sur le climat, qui a ouvert le débat environnemental à tous les acteurs de la société.  
   •  Scientifique, avec les données annuelles publiées par le GIEC, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, qui se penche avec attention sur tous les indicateurs climatiques. 
   •  Artistique, avec l’onde de choc qu’a été Demain, le film de Cyril Dion et Mélanie Laurent. Mais aussi avec le travail de longue date mené par Yann Arthus-Bertrand, ou encore à l’exposition « L’Etat du ciel » en 2014 au Palais de Tokyo qui témoignait de l’attention portée par les artistes, les poètes, les philosophes aux circonstances physiques, morales et politiques de notre monde. 
   •  Sanitaire, enfin, avec la conjonction de deux périls – celui de la pollution et celui du coronavirus – ainsi résumée dans l’édition du 6 mars du journal Le Monde : « Covid 19 : les pics de pollution de l’air aux particules fines soupçonnés de faire augmenter les contaminations ». 

 

Préserver un air sain : exigences et priorités

 

Pour préserver un air sain et non pollué, plusieurs défis s’imposent à nos sociétés développées : 

   •  Premier défi : réduire, coûte que coûte les émissions de CO2 et de gaz à effet de serre.  
   •  Pour cela, il faut continuer à avancer sur le vaste chantier de la rénovation thermique des bâtiments
   •  De façon concomitante, il faut également avancer sur la généralisation de la production d’énergies décarbonées incarnées notamment par les panneaux solaires et les éoliennes dont la vue accompagnent nos voyages en train. A ce propos, avez-vous remarqué qu’au moment de finaliser votre réservation, la SNCF vous informait de l’émission en C02 de votre trajet ? Une façon de vous inciter à la sobriété.