La typographie : la forme au service du fond

Publié le 11.01.2019
Si l’on en croit le Larousse, la typographie comprend l’ensemble des actions nécessaires à la conception graphique d'un document écrit (livre, affiche, etc.), soit le choix des caractères d’impression, du corps de ces derniers, de la taille des marges et de toute autre décision concernant la mise en page.
Calligramme


À la lecture de cette définition, il apparaît que la typographie ne relève ni de l’expression d’un style personnel ni d’une mode quelconque. Bien qu’essentiel, il s’agit d’un travail de l’ombre.

En effet, le travail du maquettiste consiste à rendre la page agréable à l’œil afin qu’aucun obstacle ne vienne s’interposer entre le texte et celui qui le lit ; la mise en page doit servir le texte et non pas prendre le pas sur ce dernier. Comme l’écrit Jan Tschichold dans Livre et typographie [1] 

« […] le maquettiste du livre doit être le serviteur fidèle et plein de tact du mot écrit, et lui permettre de parvenir à une représentation dont la forme ne doit jamais recouvrir ou tenir en tutelle le contenu. […] Il n’est pas le maître du texte, mais son serviteur. »

La forme et le fond ne s’opposent pas mais se complètent. Lorsque Victor Hugo parle de la forme comme « du fond qui remonte à la surface », il ne dit pas autre chose.


Quand la forme et le fond s’entremêlent : le calligramme


En 1918, paraît Calligrammes, recueil dans lequel Guillaume Apollinaire publie pour la première fois des poèmes-dessins parmi lesquels « La Colombe poignardée et le jet d'eau » :

La Colombe poignardée et le jet d'eau

Guillaume Apollinaire a conçu son mot-valise à partir des mots grec kalós et grámma qui signifient respectivement beau et lettre. Passé dans l’usage, « calligramme » se définit comme un texte « dont les mots sont disposés de manière à représenter un objet qui constitue le thème du passage ou du poème »  [2].

Avec le calligramme, la forme ne s’efface plus au profit du texte, elle en traduit le contenu, à tel point que l’on ne sait plus vraiment qui, de la forme ou du fond, le lecteur retient vraiment.


[1]Livre et typographie, éditions Allia, 2018 (p. 13, 15)

[2] Définition du Larousse