Saperlipopette, dis-moi dix moi qui (d)étonnent à l’école !

« Dis-moi, dix mots » vise à sensibiliser de manière ludique à la langue française. L’opération s’est invitée durant toute l’année dans les établissements scolaires, proposant aux élèves de concourir autour de créations littéraires et artistiques inspirées de dix mots (d)étonnants. Retour sur l’initiative sans divulgâcher le palmarès 2022.
Vignette Concours scolaire.png

Créer l’étonnement … et un peu de désordre à l’école

Si de nombreux événements sont organisés toute l’année, l’opération « Dis-moi dix mots » prend un sens époustouflant tout particulier durant la Semaine de la langue française et de la Francophonie. Autour des dix mots choisis par cinq partenaires francophones (la France, la Belgique, le Québec, la Suisse et l’Organisation internationale de la Francophonie), les élèves ont été invités à créer l’étonnement en laissant libre cours à leur imagination et en jouant avec la langue française sous toutes ses formes : écrits, chant, dessins, œuvre textile ou plastique… Organisé conjointement par les ministères de la Culture et de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, ce concours révèle le talent (d)étonnant des élèves d’écoles, collèges et lycées en France et à l'étranger. Devant leurs professeurs ébaubis, ils farcent jusqu’à ce que l’on se dise pour y croire « Pince-moi ! »

 

Un (d)étonnant apprentissage

C’est aussi l’occasion de montrer que la maîtrise de la langue française est au cœur des missions de l'école. Tout d’abord, en créant un lien social par son expression orale et écrite mais aussi par sa capacité à créer l’amusement et le plaisir de la découverte. Celle-ci peut se faire par le jeu des sonorités (et parfois même un vrai tintamarre), l’orthographe, le sens ou le caractère saugrenu (« kaï » qui nous laisse médusés) de certains mots, qui s’imposent alors comme vecteur d’émotions et d’étonnement. En quelques mots – un peu plus de dix ! - , « Dis-moi, dix mots » est un projet pédagogique décalé permettant de travailler sur le lexique, de libérer l'imaginaire des élèves grâce à tous les modes d’expression et de les faire participer à une œuvre collective.

 

Les grands gagnants des « Dis-moi dix mots qui (d)étonnent ! »    

Ça (d)étonne dans l’académie de Limoge pour les deux premières catégories ! 
Tout d’abord dans la catégorie des classes de deuxième cycle, ce sont les classes de CP, CE1 et CE2 de l’école élémentaire de Saint-Martial-de-Gimel qui remportent le premier prix pour leur projet « Dis-moi, as-tu déjà̀ rencontré... ».

Dans la catégorie des classes de troisième cycle, les élèves des classes de CM1 et CM2 de l’école primaire d’Ussac remportent le premier prix pour leur projet « Si la cabane m’était contée… ».

La première place dans la catégorie des classes de multiniveaux fait du bruit, et est décernée aux classes de CE1, CM1 de l’école primaire Delaroche à Calais dans l’académie de Lille pour leur projet « Tintamarrons-nous ! ».

La classe de CE2 de l’école Paul Verlaine et son annexe l’école de La Soukra, La Marsa en Tunisie s’illustrent pour leur projet « Saperlipopette » qui remporte le premier prix dans la catégorie Écoles françaises à l’étranger (réseaux AEFE, MLF, labellisés FrancÉducation).

 

Dans la catégorie Collèges, « Jouer avec les mots » des classes de 6e, 5e et 4e du collège Émile Mompart à Salviac dans l’académie de Toulouse, amuse et remporte le premier prix. Standing ovation et mention spéciale pour la classe de 4e SEGPA du collège Jean Monnet à Castres dans l’académie de Toulouse qui enchante le jury avec « Poésie de papier ».

Chez les plus grands, le premier prix dans la catégorie Lycées généraux est décerné à la classe de terminale STD2A du lycée Georges Brassens à Évry dans l’académie de Versailles pour leur projet « Doudou Guérilla ».

« La Bombe ! » (d)étonne et remporte le 1er prix dans la catégorie Lycées professionnels, proposée par la classe de première du lycée professionnel Adrien Testud, au Chambon-Feugerolles dans l’académie de Lyon.

On n’en finit pas (d)étonner et de mettre le désordre dans la langue française avec « Le Nouveau dictionnaire décalé » de la classe de 3e de l’école française Charlemagne à Pointe-Noire au Congo qui termine première dans la catégorie Établissements français à l’étranger (réseaux AEFE, MLF, labellisés FrancÉducation).