5 expressions françaises qui mettent l’air sur le devant de la scène

En français, le mot « air » a suscité un très grand nombre d’expressions ou de locutions souvent très éloignées de sa signification première. On revient sur quelques-unes d’entre elles.

Changer d’air, prendre l’air, avoir l’air (ou, au contraire, n’avoir l’air de rien), un air de famille, l’air de la chanson : dans le langage courant, de nombreuses expressions et locutions jouent à l’envi avec le mot « air ». En raison précisément de cet « appel d’air », les deux premières entraînent dans leur sillage « aller au grand air », qui se passe de commentaire, en ces temps de crise sanitaire.

 

Mais revenons à « changer d’air », lourd de ce qu’il laisse entrevoir d’un temps qui n’a que trop duré, qui est repassé au même endroit ou d’un climat dégradé. Il est pour bientôt, c’est sûr, ce nouvel air auquel on aspire, mais en attendant, c’est encore le précédent qui a droit de cité. 

 

Tout l’inverse de « prendre l’air » : on y est vraiment, mer, montagne, campagne, embruns, sommets enneigés, verts pâturages, l’air est vivifiant, on le respire à pleins poumons. Autrement dit, « air pur » de la montagne, « bon air marin » ou « air du large », on prend un grand « bol d’air ».

 

Tout autre est l’air dans l’expression « avoir l’air » et son pendant : « n’avoir l’air de rien ». Il est ici question d’allure, et le registre vestimentaire est peut-être l’un des tous premiers auxquels on pense : déguisements des enfants, costumes de scènes, parures somptueuses, incarnation par l’habit. C’est sûr, vêtu de tous ces artefacts, on « a l’air de », quand, au contraire, on peut être « habillé comme l’as de pique », et « n’avoir l’air de rien ». 

 

Quant à « un air de famille » et « l’air de la chanson », ce ne sont pas à une atmosphère ou à des situations précises qu’ils font penser spontanément, mais à Jean-Pierre Bacri – qui d’autre ? –  inoubliable dans le film de Cédric Klapisch, ainsi que dans On connaît la chanson d’Alain Resnais, dont il est à la fois le co-scénariste, en tandem avec Agnès Jaoui, et l’un des acteurs. Et dieu sait que le film regorge d’airs devenus des standards de la chanson française : Paroles, paroles, Ça (c’est vraiment toi), Résiste… 

 

Un simple air de chanson, et ce sont des promesses vers un ailleurs qui s’ouvrent à vous. N’est-ce pas l’une des définitions du mot air ?