Riad Sattouf, un parrain qui dessine l’écriture

Publié le 08.03.2019
Né en 1978, il passe son enfance entre la Libye, la Syrie et la Bretagne. Il étudie les arts appliqués à Nantes et le cinéma d’animation à Paris, à l’école des Gobelins.


C'est à l'école des Gobelins qu’Olivier Vatine le remarque et le présente à l'éditeur Guy Delcourt chez qui il publie bientôt sa première série, Petit Verglas, sur un scénario d'Éric Corbeyran. Trois tomes sortent entre 2000 et 2002.

Durant les années 2000, il est révélé et primé pour ses séries de bandes dessinées Les Pauvres Aventures de Jérémie (2003-2005) ainsi que Pascal Brutal (2006-2014), Le tome 2, sorti en 2007, reçoit le prix Jacques Lob, et le tome 3, publié en 2009 est récompensé d'un Fauve d'or à l'unanimité du jury au festival d'Angoulême 2010.

Il est l’un des rares auteurs à avoir gagné à deux reprises le Fauve d’Or du meilleur album de l’année (le deuxième pour L’Arabe du futur 1 en 2015).

 

Depuis 2014, il dessine chaque semaine Les Cahiers d’Esther dans L’Obs, d’après les histoires vraies d’Esther A. Le premier recueil des histoires de cette petite fille (Les Cahiers d’Esther – Histoires de mes 10 ans) est paru en janvier 2016 chez Allary Éditions et deux autres volumes ont suivi. L’adaptation en dessin animé du premier recueil a été diffusée en septembre dernier sur Canal +.


Auteur, dessinateur et réalisateur

En 2009, il écrit et réalise son premier long-métrage, la comédieLes Beaux Gosses. Le film remporte le César du meilleur premier film et révèle Vincent Lacoste.

Depuis 2014, il est aussi l'auteur de la sérieL'Arabe du futur, bande dessinée autobiographique qui relate son enfance en Libye, puis en Syrie, qui connaît un grand succès. La série, vendue à plus d’1,5 million d’exemplaires, est traduite dans 22 pays. Le deuxième tome de L'Arabe du futur, paru en juin 2015, figure dans la sélection officielle du festival d'Angoulême 2016.


Une rétrospective lui est consacrée à la Bpi du 14 novembre 2018 au 11 mars 2019. « Riad Sattouf, l'écriture dessinée » met en valeur l’univers graphique de l’auteur, son regard acéré et tendre sur l’adolescence, la richesse de ses références, son art du récit et la dimension souvent autobiographique de ses travaux. 


Le suivre sur les réseaux sociaux :

facebook.com/riadsattoufofficiel
instagram.com/riadsattouf
twitter.com/RiadSattouf